Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

Lé'Ilouy Nichmat HaGaon Rabbi Aharon Yéhouda Leib ben Guitel Fayga ZéTsouka"l 

אוי לו לעולם שאבד מנהיגו ואוי לה לספינה שאבד קברינטא. בבא בתרא דף צא

Mikvé

 

1 1

 Cliquez ici pour voir le site du Mikvé 

LE MIKVÉ, À L'ORIGINE

En 1967, Joseph PARDO z’l fondateur de la communauté A.T.I.S., réalise un ambitieux

projet : la construction d’un mikvé à Nice, opération effectuée sous le contrôle du 

grand DAYAN Rav Avrohom HOROWITZ zts’l de Strasbourg et Jérusalem,

du Rav Dovid FRAND de Londres, et du Rav Moché MERGUI de Nice.

 

Ce mikvé est devenu un lieu d’importance régionale, son rayonnement s’étendant

jusqu’à Marseille d’où certains n’hésitaient pas à se déplacer pour bénéficier

de ce bain nouvellement créé en toute garantie de conformité rituelle.

Il faut souligner le rôle de Madame Renée SEBAG z’l et de Madame Ruth PARDO z’l

qui ont largement contribué à en faire un lieu convivial, par leur dévouement

accueillant auprès des femmes de la communauté.

ANCIEN MIKVÉ

Après quarante ans de loyaux services, force fut de constater que le dispositif

avait subi les outrages de l’âge et qu’en particulier le système

de recueillement des eaux de pluie présentait des altérations qui auraient

pu remettre en question la continuation de son usage en cas d’aggravation.

Dayan Rav HOROWITZ 1967

Il fut donc décidé à l’initiative du Rav Eliyahou MERGUI de procéder

à sa fermeture et de rénover les lieux en y établissant un nouveau Mikvé,

projet confié à l’architecte d’intérieur Rodolphe DOUILLET, maître d’œuvre.

Le concept et le suivi ont été ceux du Rav Nachum ROSENBERG,

spécialiste international des Mikvés, qui s’est déplacé bénévolement

plusieurs fois des Etats-Unis, et n’a pas ménagé son temps sur place

aux moments clefs de la réalisation du mikvé.

Le DAYAN Rav Shmouel Akiva Yoffe SCHLESINGER de Strasbourg et

le Rav Moché MERGUI de Nice ont donné leur approbation officielle

et vérifié les processus de recueillement et d’alimentation en eau de pluie.

De son côté le président de l’A.T.I.S., Alain PARDO, a mis tout en œuvre

pour la réussite du projet et de son financement qui a trouvé en la famille

Ra’hamim COHEN et ses enfants un généreux mécénat pour la plus grande

partie du budget, sans lequel rien n’aurait pu être fait.

Ce fut donc là un ambitieux projet pour la communauté,

reflétant l’importance accordée par nos sages à l’édification d’un Mikvé,

ceux-ci ayant été jusqu’à statuer qu’il a préséance sur la synagogue ou sur l’école.

La Rédaction

 

MIKVÉ DES DAMES

RENSEIGNEMENTS & RÉSERVATION

04 93 80 87 13

NOUVEAU MIKVÉ DE L’ATIS

3

 

« HODOU L’HACHEM KI TOV KI LEOLAM H’ASDO » MERCI HACHEM

Rav Eliyahou MERGUI

LE MIKVÉ, COMMENT ?

 

La première des choses et non des moindres fut de préparer le local,

c'est-à-dire de dégager les volumes nécessaires tout en respectant

les contraintes de construction qui marquaient les limites du possible

en étendue et en profondeur.

Malgré toutes les difficultés présentées par la configuration des lieux,

l’espace fut aménagé pour permettre la réalisation d’un mikvé pour les dames

et d’un mikvé pour les ustensiles et les hommes, ainsi que deux salles

de bain indépendantes pour les femmes.

La conception et la construction des Mikvés ne sont pas une affaire banale,

et bien qu’il s’agisse de bain, il ne s’agit pas de simples bassins,

on peut s’en douter…

car sinon, pourquoi cet investissement considérable à la fois en termes

de volume de maçonnerie et de volume financier ?

Le Mikvé est un concept complexe, une réalisation sophistiquée,

qui a pour but de reconstituer la disposition naturelle d’une source,

d’un bassin de rassemblement d’eau …………….. (Chemini 2,13) selon la Torah.

L’idée est simple mais paradoxalement nécessite une grande attention

et une réflexion scrupuleuse tout au long du processus de sa réalisation,

dont voici les grandes lignes :

La récupération des eaux de pluie se fait par une dalle de 30m² sur toiture,

parfaitement lisse, tout en étant reliée à la terre,

à l’instar des bassins(cinq prises de terre en tout sur l’ensemble).

L’adduction garantit la circulation de l’eau de façon parfaite,

éliminant tout risque de stagnation ou de rétention,

ne serait-ce du fait de simples rugosités.

Les chenaux de conduction sont finement lissés d’un mortier

au sable de rivière (sans aspérités).

Last but not least, enfin,

quatre bassins constitués par deux Mikvés et deux réserves d’eau pluviale,

ayant nécessité en tout seize mètres cubes de béton ferraillé serré et coulé

monolithiquement (une seule pièce sans reprise d’œuvre)

en double coques séparées par un matériau ayant fonction de parasismique

et d’isolant d’étanchéité.

Les bassins d’eau pluviale contiennent chacun 2000 litres.

Il s’agit des 2000 litres nécessaires, disposés en deux bassins

superposés de 1000 litres chacun

et séparés par une cloison de plexiglas (Bor al Gabé Bor)

munie d’une ouverture (de 10 x 10 cm) qui permet le contact

entre les masses d’eau, de les unifier

et créer de fait un continuum tout en préservant le volume d’eau de pluie

du dessous qui,

elle, reste inchangé (ceci pour des raisons de lois de la physique qu’il n’est

pas possible ici d’expliquer).

L’eau du bassin inférieur est, en quelque sorte,

un fond garantie qui donne à tout le reste son statut et en cautionne donc,

la Cacherout. (Hachaka).

Le mikvé des dames a trois niveaux,

ces paliers successifs permettent l’ajustement de la taille pour un meilleur confort.

Notons qu’une Balanit (responsable du Mikvé)

et ultérieurement deux ou trois dames se relayeront pour accueillir

toutes les dames de la communauté.

Ces Balanit ont été choisies pour leur discrétion,

leur affabilité, et leur conscience religieuse

dans le respect attentionné pour chacune.

Le Mikvé de la Tévilah est destiné à la cachérisation

de tout instrument de cuisine et vaisselle.

Le Mikvé pour les hommes, équipé de douches,

rentre en fonctions les veilles de Chabat et fêtes.

L’hygiène n’est pas moins garantie que les règles de la Halah’a :

l’eau du bain est changée très régulièrement,

des produits spécifiques en maintiennent le p.h. et la qualité sanitaire,

et de plus des prélèvements sont faits et analysés systématiquement.

Des caméras surveilleront la rue afin d’assurer la sécurité des dames.

L’esthétique n’a pas été négligée et

une belle mosaïque tapisse agréablement les bassins.

L’ensemble des lieux respire le bon goût, la sobriété

et le professionnalisme du fini.

 

Un Mikvé doit répondre à six conditions :

1. Le Mikvé ne peut être constitué d’aucun autre liquide que l’eau.

 

2. Le Mikvé doit être creusé à même le sol ou faire partie

 

d’un édifice ayant des fondations dans la terre.

Il ne peut être constitué d’un récipient susceptible d’être démonté

et remonté ailleurs tel que bacs, tonneau, caisson, etc.

3. L’eau du Mikvé ne doit pas fuir.

La seule exception à cette règle sera le cas d’une source naturelle.

4. L’eau du Mikvé ne peut être puisée,

c’est-à-dire qu’elle ne peut être conduite au Mikvé

par une intervention humaine directe.

5. L’eau ne doit pas être canalisée au Mikvé

par quoi que ce soit qui risque de devenir impur.

En conséquence on ne peut utiliser à cette fin aucune canalisation

ni aucun récipient de métal, d’argile ou de bois.

6. Le Mikvé doit contenir au moins quarante Séas, trois coudées cube,

quantité arrondie à mille litres. 

 

 

LE MIKVÉ, POURQUOI ?

 

Du temps du Beth HaMikdach,

du fait du grand nombre de ‘Touma’ – d’impuretés rituelles –

définies par la Torah, le Mikvé avait un rôle considérable.

Aujourd’hui il est requis en trois circonstances :

pour les femmes après la menstruation pour permettre les rapports conjugaux,

pour la conversion et enfin pour les ustensiles (Kélim).

 

1 – NIDDA

L’usage du mikvé est l’un des aspects

les plus importants de la vie conjugale juive.

En un sens on peut le considérer comme plus important pour la vie du couple

que la cérémonie nuptiale elle-même.

(En ce qui concerne les jeunes filles, elles acquièrent dès l’apparition des règles le statut de Nidda,

qu’elles soient mariées ou non, mais en ce dernier cas l’immersion rituelle n’autorise pas les relations pré-maritales).

Les lois de Nidda imposent une séparation d’au moins onze jours chaque mois,

c’est-à-dire quatre jours de règles (ou plus), plus sept jours de propreté,

suivis le soir du septième de l’immersion au Mikvé,

après une préparation minutieuse appelée H’afifa.

C’est ainsi que la Torah a, si l’on peut dire,

souci de la régénérescence du désir et de la passion dans le couple :

les lois de Nidda induisent une nouvelle lune de miel

après chaque immersion de la femme ! (c.f. traité Nidda 31b).

De plus, l’interdit de contact physique durant la période menstruel

le et jusqu’au Mikvé permet de dynamiser d’autres aspects de la relation,

au-delà du désir : amitié, fraternité, dialogue et écoute,

qui sont des éléments

importants et fondateurs de l’union véritable.

Tout au long de l’histoire,

nos Mères ont jalousement gardé la flamme de la pureté familiale.

A des époques où il fallait parfois se plonger dans des eaux glacées,

de nuit de surcroît, et bien souvent après un long et pénible voyage…

Loin d’être un facteur de risque pour la santé,

la pratique du Mikvé s’est révélée être un agent favorable

de prévention concernant certaines maladies,

pour celles qui l’observent.

Cependant, l’immersion n’a pas pour but premier une prophylaxie sanitaire,

ni ne vise par ailleurs, à se dégager d’une espèce de souillure quelle qu’elle soit.

A ce sujet notre maître le RAMBAM – Maïmonide – est très clair :

la question de pureté et d’impureté n’est pas assimilable à un problème de propreté,

mais ressort plutôt de ce qu’il appelle la «       «   ,

C'est-à-dire l’intention du cœur :

« L’impureté n’est pas comme de la terre ou des excréments mais

dépend de l’intention du cœur ».

Qu’est-ce à dire ?

Le passage au Mikvé est d’abord une sorte de prise de conscience,

temps d’arrêt et de transition après un moment difficile

où le corps et l’esprit sont perturbés.

Temps dont l’être humain a besoin pour se réadapter et aller

vers l’avenir avec une énergie renouvelée.

A ce titre,

il est également utile pour l’homme,

en ce qu’il lui permet de réaliser la part de différence,

et d’aborder la femme dans le respect de sa spécificité.

D’autre part et symboliquement,

la menstruation étant l’évacuation de ce qui n’a pas été fécondé,

de cette vie qui n’a pas eu lieu,

le passage au Mikvé souligne la nécessité d’un renouveau, d’une renaissance, d’une

séparation avec la mort.

Alliance de vie,

le mikvé est un passage rituel d’un état de non-vie à un état de vie.

Il est, nous dit le Rav Raphaël Hirsch, l’équivalent de la matrice maternelle.

Pénétrer dans le mikvé c’est réintégrer la matrice.

Emerger des eaux c’est connaître une nouvelle naissance,

accéder à un statut entièrement nouveau.

C’est comme dans la genèse, retourner à l’état du monde naissant,

entièrement soumis au pouvoir créateur de D.ieu.

Le Mikvé étant donc une séparation entre deux états d’être,

ceci nous amène à comprendre sa deuxième fonction.

 

2 – GUEROUT. LA CONVERSION

La conversion est serment et alliance,

dans les termes de ce qu’a vécu le peuple juif à l’origine.

Serment de respecter les lois d’Israël,

étape essentielle dans le Sinaï qui inclut une immersion

de tout le peuple avant la réception de la Torah.

Alliance lors de laquelle les Bné Israël ont dit cette chose extraordinaire :

« Nous ferons et écouterons » écoute que nos maîtres traduisent par « comprendre ».

Faire pour comprendre…

Il y a des gestes,

des pratiques qui nous ouvrent à la capacité d’entendre ce qui nous vient d’Ailleurs,

qui nous délivrent de cette « Touma », qui, disent nos sages, nous bouche,

fait écran entre nous et la réalité.

(Curieusement, le mot entendre « Chéma » peut se lire « ché-mé-ain »    

ce qui veut dire : « ce qui vient de la source »).

Ici encore le mikvé est ce passage d’un statut à un autre,

charnière symbolique entre le temps de l’esclavage et celui de la liberté.

Pratiquement, lors de la conversion,

l’immersion ne peut être faite par le converti de son propre chef, mais relève de la

responsabilité d’un tribunal rabbinique compétent.

 

3 – KELIM. LES USTENSILES

Cet usage est moins connu quoiqu’important,

car la Halah’a affirme que tout ustensile de cuisine en métal ou en verre

fabriquée par un non juif ou acheté à un non juif devra être trempé

dans un mikvé avant d’être utilisé.

Il ne s’agit pas ici de Cachérisation,

car si un ustensile a servi pour une cuisine non cachère, il doit être cachérisé avant

l’immersion.

Un épisode de la Torah nous décrit comment Moshé dit aux Bné Israël :

« Les métaux et tout ce qui supporte le feu, vous le passerez par le feu,

et il sera pur, après toutefois avoir été purifiés par l’eau de Nidda.

Et tout ce qui ne va pas au feu, vous le passerez par l’eau » (Bamidbar 31 ; 22).

Les ustensiles servant à la cuisson

et qui pouvaient résister au feu devaient donc être chauffés à blanc

pour être rendus cachères.

De plus il fallait les tremper dans l’eau de Nidda,

c’est-à-dire dans le même que celui utilisé par une femme Nidda.

Les ustensiles ne résistant pas au feu devaient être nettoyés de façon minutieuse

puis trempés.

 

A retenir donc :

-         1 : Tout ustensile de métal ou en verre fabriqué par un non juif

          ou acheté à un non juif doit être immergé dans l’eau d’un mikvé

          avant d’être utilisé.

-         2 : S’il a déjà été utilisé pour une cuisine non cachère,

         il devra être cachérisé avant d’être trempé dans le Mikvé.

 

4 – COUTUMES

On retrouve cette notion de purification dans la coutume pour les hommes

de s’immerger la veille de Yom Kippour, Roch Hachana et lors des trois fêtes,

Pessa’h, Chavouoth, Soucoth,

pour certains, ainsi que les veilles de Shabat,

en vue d’accéder à l’élévation de ces jours.

L’usage est de se tremper trois fois,

en référence aux trois mentions du Mikvé dans la Torah.

     ·       Enfin, l’immersion rituelle fait partie de ce que nous appelons H’oukim, lois dites « irrationnelles ». Cela signifie, qu’elles ne se laissent pas comprendre

     dans une immédiate évidence, mais font partie des dispositions divines,

     que la logique mentale strictement humaine, a peine à saisir dans leur profondeur et leur  puissance.

Concluons ce petit exposé avec une citation de la michna YOMA :

« Rabbi Akiba dit :

Heureux Israël ! Devant qui vous purifiez-vous ?

Qui vous purifie, sinon votre père céleste ? ».

Comme il est écrit dans Yermiyahou : « Mikvé Israël HACHEM ! » -

De même que le Mikvé purifie les impurs, de même Hachem purifie Israël ! ».

Le mot Mikvé ici signifie ESPOIR.

Rav Eliyahou MERGUI

 

4

 
 
5

MIKVÉ OUVERT TOUS LES SOIRS

 

 Spéciales attention jeunes mariées, salle des fêtes sur place

 

Trois Balanot disponibles RDV personalisé sur demande

Lundi - Mardi - Mercredi - Jeudi - Vendredi             TANYA 06 24 99 83 58

Samedi soir et Dimanche soir                                   SARA 06 11 50 13 19

 

STANDARD 24/24                 Tél. 04 93 80 87 13

 

6
 
7

 
 

Mikvé de l'ATIS - 04 93 80 87 13

 

Mikve 4 Mikve 5

Mikve 6 Mikve 7

            A (agrandir) ||| a (réduire)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

A.T.I.S Jeun's

×